Poudlard Nouvelle Génération

19 ans après les aventures du plus célèbre sorcier, vivez celle de ses descendants...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gabriel Walf

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Walf
Préfet(e) des Serpentards
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 25
Localisation : Bof, là ou ailleurs, quel différence ça peut faire?
Date d'inscription : 22/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 17 ans
Famille/Amis/Ennemis:
Club:

MessageSujet: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 1:54

Nom et Prénom du personnage:
Année d'étude:7ième
Maison (si perso prédéfini, sinon laissez vide):
Famille:Les Walfs avaient longtemps été une famille italienne réputé. Jusqu’à ce jour. Le jour où sa grand-mère avait fait la gaffe monumental de rabrouer le premier ministre dans des termes peu élogieux. Ceux-ci avaient été ensuite expédié, eux et leur deux filles et leur garçon [lui], au Québec, dans la ville de Myrtgal. Ils avaient vécu dans la richesse, le pouvoir. Ils connaissait maintenant la misère.

Ils avaient élevé leur enfants à la manière des sangs purs, mais ils avaient faillis à la tâche. En janvier 1973 , Lys, sa mère, s’était marié à un jeune homme, Italien, mais peu fréquentable. Ce ne fût qu’après les noces que le pot-au-rose fût découvert. Le mari était en faite un mangemort , et il tenta pendant des années d’amené sa femme dans ce sens.

C’est ainsi qu’elle donna naissance à des triplets, ravissant mais inutiles selon l’homme. Ils furent distribué dans leur connaissance, avec une promesse de retour. Mais la femme savait très bien que le tout tournerait mal. Ainsi, eu-t’elle l’idée de déposer une certaine somme dans son compte bancaire, et ce sans prévenir son mari, pour le futur d’une de ces filles. Elle prévint son frère, qui jura de faire passer le message si quelque chose survenait. Deux ans plus tard, ils mourraient dans des circonstances compromettante.

Si le mangemort resta tranquille un certain temps, sans doute rassasié, il repassa cependant à l’attaque lors d’une nuit chaude et douce. Ayant eu vent que la mère adoptive d’une de ces enfants pensait savoir le coupable de ces meutres et voulaient se venger, il passe en mode offensive, et avec l’aide d’un contact, Linth Treh, mit fin à la vie d’une génération de Walf. Père et belle-mère compris.
Un ans plus tard, c’était le cousin éloigné de sa défunte épouse qui y passa.

De plus en plus paranoïaque, craignant pour sa propre vie vu ce qu’il avait commis, il avait ensuite décider d’éliminer sa descendance, à commencer par l’aîné( hj :Mdr…aîné de 2 minutes ! ! !). Celui-ci aurait été repéré à Poudlard et ce fût donc dans un tel esprit qu’il se dirigea vers la forêt interdite où-oh surprise- sa fille l’attendait ! Sans toutefois donner le but de sa présence qu’il attribua au seigneur des ténèbres, il allait lancer le sortilège impardonnable lorsqu’une chose le frappa. Un sort. Il tomba, et se blessant lors de sa chute, se dirigea avec difficulté à l’hôpital St-Mangouste où il mourut de ces blessures.Ce fût cettte année que Gabriel fît connaissance avec sa soeur...Fynlie.


Physique: Sans être un mannequin, l'adolescent a été choyé par la nature. Ces yeux sont d'un bleu clair, et ceux-ci deviennent parfois noir lorsque sa colère atteint sont point culminant. Il a un visage au trait remplis de douceur et deux minuscules fossettes se forment lorsqu'il rit. Mais cet air angélique peut parfois se montrer très trompeur... Pour souligner son regard,qui en dit parfois long sur son état d'âme, il à pris l'habitude d'utilise un Eye-liner de couleur noir. Ces cheveux sont d'un blond cuivrés et sont toujours bouclés. Il porte donc la majorité du temps des jeans de couleur sobre, par préférence.

Caractère: Gabriel est un garçon calme et reposé.Il en prend plus qu'une rumeur pour le faire réagir..Très patient,il peux consacrer des heures à un projet qui lui tiens vraiment à cœur. Cependant aimant beaucoup la solitude , il n’est pas très sociable et quiconque viendra le déranger pour aucune raison valable s’en mordra les doigts. Il est très glacial , et cela avec tout le monde , même ceux à lesquels il tiens vraiment.Mais le temps arrange bien des choses et il deviendra à ces 15 ans avec la maturité,un adolescent compréhensif et logique. Juste. il n'hésite pas à défendre ceux à qui il croit. Mais il peux également se montrer très glaciale si il le désire. Ces émotions sont changeante mais quand il a décidé quelque chose ,il le tient jusqu'au bout.Il est quasiment impossible de le faire changer d'idée. Il ne faut pas trop le cherché parce que sinon on risque de le trouvé et assez facilement.Très susceptible, i; s'enflamme à la moindre remarque et le ciblé, pour découvrir ne serai-ce qu’une miette de son passé, est chose totalement impossible car uk se referme aussitôt, prenant cet air grave et sérieux qui déplaît à tant de gens. Sa confiance est dure à obtenir , mais tout dépends de la manière d’on on l’aborde

Histoire Un vent glacé soufflait sur la ville, insufflant à ces habitants des idées sombre. Ceux-ci étaient d’ailleurs en majorité entassés dans leur maison, insensible à cette pancrace que livrait le climat à mère nature. Bien à l’abri sous leur pénates de bois, style architectural anglais datant du 18e siècle, la plupart sirotaient une tasse de café fumant en lisant le journal. Il faut dire que les événements des derniers jours avaient tout pour intéressé la petite population qui vivait éloigné du grand monde, dans une ville ressemblant vaguement à un mélange ancien et moderne, ce qui n’avait rien d’attrayant pour des acheteur potentiel. En effet, la moitié de ceux qui habitaient Myrtgal, la place en question, était descendant des premiers arrivant de la cité. Désireux de rester attachés à une partie de leur vie, ils étaient restés sur place jusqu’à une dizaine de génération. Certains étaient partie, emportant avec eux souvenirs et famille , à la recherche d’une civilisation moins primitive au niveau des technologies. La plupart de ceux qui habitaient l’endroit se connaissait, car la ville en question avait plutôt l’allure d’un village. Les nouveaux venus, qui se faisaient très rare, étaient dès qu’il mettait le pied au sol de ce coin éloigné, jugé, étiquetés, puis, dépendant du statut d’intérêt plausible, jetés aux oubliettes. Chacun connaissait l’histoire et même les secrets les plus intimes de son voisin car caché quoi que ce soit à Myrtgal était chose impossible. Des légendes lugubre circulaient sur la ville et son passé n’était pas des plus reluisant. Des histoires de traîtrise, de mensonges et même, de décès. On racontait que parfois, des hommes à capuches noires venaient roder dans les parages, et chacun se plaisait à répéter cette rumeur. On utilisait ce bobard pour faire peur aux adolescents trop téméraire et au trop rare enfants du coin, qui était chéri comme des petits anges par leur parents surprotecteur. Et même si ce qu’on racontait était faux, les inconnus n’ayant été aperçut qu’une seule fois, les portes chancelantes étaient barrés à double tour. La pusillanimité guidait les habitants dans leur moindre fait et geste, sauf dans leur dire. Car s’il surveillait leur actions avec attention, on ne pouvait en dire autant de leur parole. Chaque dimanche, les femmes et les hommes se ressemblaient, vêtu de leur plus beaux habits, au pub du coin, lieux de rassemblement. L’endroit en question ne faisait pas moins de 30 mètre carré et était entassé juste à côté de la brasserie commune. La peinture brunâtre s’était écaillé avec le temps et les diverses décoration , d’on une épée rouillé et une banderole datant de plus de cent ans, aidait plutôt à rendre l’atmosphère encore plus pesante qu’elle ne l’était déjà. Le barmaid cependant, était un chic type. Sans doute le seul à qui on pouvait vraiment faire confiance dans tout Myrtgal. Alors qu’il servait dans des verres crasseux un liquide jaunâtre, il écoutait d’une oreille attentive les histoires que ces clients se plaisaient à lui raconter. Et contrairement aux autres habitant, il n’émettait aucun commentaire. C’était sûrement cette qualité qui faisait de lui un homme d’on la compagnie était très apprécié, malgré l’état de décrépitude de son lieu de travail. Malheureusement, on ne pouvait en dire autant de sa femme. De toute la communauté, elle était sans aucun doute la plus bavarde, ce qui en agaçait d’ailleurs plus d’un. Pourtant, c’était pour elle et non pour son mari, que tous se ressemblaient en ce pub. Pour connaître les dernières nouvelle, toujours agrémenté de la petite touche personnelle de la conteuse. Et aussi pour trouver chaussure à leur pied. En effet, fils de paysans et fille de bonne famille se côtoyait sur la place. Les pères désirant trouver un époux pour leur progéniture se rendaient en ce lieu, amenant avec eux leur rejetons,parfois n’étant âgé que de 15 ans et décidaient pour eux, celui ou celle qui allait devenir leur gendre ou leur bru, dépendant des cas. Cette pratique était typique à Myrtgal, quoique encore pratiqué un peu partout autour du globe. Les couples ainsi formées n’étaient guère heureux et pourtant, ils agissaient ainsi à leur tour avec leur descendance. Les habitants s’étaient empêtré dans une routine malsaine et ne pouvaient en sortir. Briser les coutumes de la population valait aux malheureux un rejet total de la communauté. Alors personne ne s’y risquait. Le cercle des dirigeants, plutôt représentant de la minuscule ville étaient composé d’une dizaine de femme au cheveux poivre et sel ainsi que deux ou trois hommes ne dépassant pas la cinquantaine. Leur réunion ne durait guère plus d’une heure, et était souvent ponctué de silence embarrassant. Chacun savait que quelque chose clochait, mais tout changé aurait été un bouleversement majeur dans la vie des citoyens et ils ne pouvaient se le permette. Alors en final, la situation restait la même. Encore et encore. Tout le monde savait que l’annexion ne mènerait, encore une fois, à rien et les plus vieux ayant atteint l’âge d’or se mettaient à espérer secrètement que leur civilisation n’allait pas s’éteindre par manque d’éphèbe. Car de leur temps, les choses étaient les même. Malheureusement. Et étendu dans leur grabat, seul, anéanti, leurs petits corps frêle secoué d‘interminable tremblement, ils repensaient avec atrabile au bonheur qu’ils n’auront jamais connu.


Ce fût donc l’un d’eux, ce soir-là, qui ouvrit sa feuille de choux à la page 16, histoire de voir les nouveautés, trop vieux pour aller les écouter dans le pub où tous avaient coutume de ce rencontrés. Les arbustes et conifères agitaient tristement leur branche,cognant contre sa fenêtre légèrement givré, dans l’espoir vain de sortir intact des bourrasque. Un feu crépitait allègrement dans sa cheminé, lui procurant une certaine chaleur , insuffisante cependant, pour réchauffer sa chair ridé. Remontant d’un geste habitué ces besicles aussi vieille que sa propriété, il se tourna légèrement vers la gauche pour capter entièrement le mince faisceau lumineux de sa lampe à huile.En face de lui, une fresque en tout point conforme à celle dans les grottes d’Altamira en Espagne, avait été peint quelques années auparavant par son neveu, désireux de lui apporter ne serai-ce qu’un peu de réconfort. C’était justement sa seule source de motivation voir de bonheur dans sa vie devenu morne .Gâché. Depuis le début jusqu’à la fin. Gâché, celle de ces enfants, et de leur enfants. Gâché, toutes les vies à venir qui allait descendre de sa personne et de sa défunte épouse.Celle-ci était décédé il y a de cela quelque années, terrassé par une maladie étrange mais présente qui eu raison d’elle et des espoirs du patriarche.Celui-ci, encore aujourd’hui, lui en voulait terriblement de s’être laissé mourir. Car c’était ce qu’elle avait fait. Elle aurait pu vivre encore si elle en aurait éprouvé le désir mais de toute évidence… En silence, le vieillard versa une larme qui vînt diluer l’encre sur le papier qu’il tenait dans ces mains affaiblis par l’âge. Il aurait sans doute continuer à se torturer ainsi si il n'aurait perçut à travers la tourmente du vent de léger coups frappés à se porte. Debout, devant l'embrassure, tenant fermement un poupon emitouflé dans une couverte, sa soeur tremblait en silence, souffrant d'une séparation imprévu.

Gabriel eu une enfance normale. Dès son plus jeune âge, il connut l’identité de ces vrais parents. Mais par mesure de sécurité, il n’essaya jamais d’entrer en contact avec ceux-ci. Étant donné sa grande beauté, il eu de nombreuses prétendantes mais la vie lui avait vite appris de se méfier de tous ces gens. Distante, le garçon au regard glacé n’en était pas moins la fierté de sa famille adoptive. Et cela lui suffi. Il rentra à Poudlard et comme on pouvait s’y attendre, resta éloigner des autres élèves. Par choix. Non par obligation. Il entreprend maintenant sa septième année.


membre:
Prénom : On m'apelle Alex...
Âge : Je vais avoir 15 ans

Code de reglement? [code validé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Weasley
Admin - Capitaine et poursuiveuse de l'équipe des Poufsouffles
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 29
Date d'inscription : 18/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 7ème année
Famille/Amis/Ennemis:
Club: Journalisme, amie des moldus

MessageSujet: Re: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 2:14

Bienvenue chez les Serpentards. Seul et froid... J'ai beaucoup aimé lire ta fiche, tu as vraiment du talent!
(et un magnifique avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://19yearslater.forum-actif.net
Gabriel Walf
Préfet(e) des Serpentards
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 25
Localisation : Bof, là ou ailleurs, quel différence ça peut faire?
Date d'inscription : 22/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 17 ans
Famille/Amis/Ennemis:
Club:

MessageSujet: Re: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 2:16

Merci à toi, au plaisir de te rencontrer en rp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Weasley
Admin - Capitaine et poursuiveuse de l'équipe des Poufsouffles
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 29
Date d'inscription : 18/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 7ème année
Famille/Amis/Ennemis:
Club: Journalisme, amie des moldus

MessageSujet: Re: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 2:20

Avec plaisir, même si je ne sais pas si ce plaisir sera le même pour Gabriel... Il a l'air super complexe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://19yearslater.forum-actif.net
Gabriel Walf
Préfet(e) des Serpentards
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 25
Localisation : Bof, là ou ailleurs, quel différence ça peut faire?
Date d'inscription : 22/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 17 ans
Famille/Amis/Ennemis:
Club:

MessageSujet: Re: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 2:23

Et il l'est.Mais ça fait 3 ans que je l'interprète..alors , dépendemment de ton perso, je suis sûr que la rencontre pourrait bien se dérouler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Weasley
Admin - Capitaine et poursuiveuse de l'équipe des Poufsouffles
avatar

Nombre de messages : 700
Age : 29
Date d'inscription : 18/12/2007

Feuille du sorcier
Année d'étude: 7ème année
Famille/Amis/Ennemis:
Club: Journalisme, amie des moldus

MessageSujet: Re: Gabriel Walf   Sam 22 Déc - 13:57

Alors j'attends de voir ça! Et je vérouille la fiche^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://19yearslater.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gabriel Walf   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel Walf
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Nouvelle Génération :: Forum :: Avant de jouer :: Répartitions :: répartitions validées-
Sauter vers: